Lipofilling mammaire ou lipostructure mammaire (lipomodelage du sein), breast-lipofilling

Il est possible techniquement d’augmenter le volume mammaire par injection de graisse autologue. L’intervention de  lipofilling mammaire, ou lipostructure mammaire, consiste à réinjecter avec une grande fiabilité un prélèvement de sa propre graisse. Cette technique, réalisée à l’aide de fines aiguilles,  est une véritable greffe autologue (ou autogreffe), et sans risque de rejet puisque le patient reçoit sa propre graisse.

Cette technique adéjà de nombreuses indications en chirurgie plastique et esthétique comme les cicatrices déprimées, les séquelles de lipoaspiration, les reconstructions mammaires, l’augmentation de volume fessier (certains injectent jusqu’à 1000cc par fesse !) ou des mollets, et dans la chirurgie du visage.

Au niveau des seins, de nombreuses patientes ont bénéficié ces dernières années (en France depuis 1998 avec le protocole de S. Coleman) d’injection de graisse dans le cadre des reconstructions, et pour des indications très variées: augmentation de volume des lambeaux, préparation cutanée avant prothèse, traitement des défauts de prothèses (volume, forme, épaisseur de la couche cutanéo-graisseuse,…).

De ce fait, son application en chirurgie esthétique s’est progressivement développée, et plusieurs équipes ont alors montré des résultats très encourageants avec un recul maintenant important (cf. photos et images ci-après).

Un bilan sénologique comprenant une mammographie (1 à 3 incidences) et une échographie est systématiquement effectué avant l’opération. Il permet de vérifier la normalité des seins avant l’opération, et de servir d’examen de référence pour la surveillance ultérieure.

L’intervention est menée en règle sous anesthésie générale.  La graisse est obtenue par prélèvement (abdomen, hanches, cuisses, lombes, fesses…). Elle est ensuite purifiée par centrifugation, puis injectée à l’aide de petites canules au pourtour de la glande, au travers de 1 à 3 incisions punctiformes (1 mm). Selon les cas, la  quantité injectée est comprise entre 100 à 300 cc par sein (250 cc en moyenne). Cela demande de pouvoir prélever 400 à 900 cc de graisse, ce qui est parfois une impossibilité technique chez les personnes trop maigres. Le sein augmente en conservant sa forme, avec souvent, du fait du prélèvement associé sur les zones en excès, une amélioration de la silhouette. Il est recommandé une certaine stabilité pondérale dans les suites opératoires car le volume du sein suivra la courbe de poids. En fonction de la taille initiale et du volume souhaité, un deuxième temps peut être nécessaire.

En dehors de cette technique d’augmentation utilisant exclusivement de la graisse, l’autre indication en chirurgie esthétique est de combiner cette injection de graisse avec une pose de prothèses,  pour  augmenter l’épaisseur des tissus en regard (la  prothèse est alors mieux dissimulée), ou pour améliorer ses contours notamment au niveau des segments supérieurs et internes du sein; ce qui permet d’obtenir un aspect esthétique et plus naturel au toucher. Cette combinaison des 2 volumes permet  de majorer l’effet des prothèses, ou parfois  de mettre en place une  prothèse plus petite, ou plus discrète, pour obtenir le résultat souhaité.

Dans les suites opératoires, le port d’un panty et d’un soutien-gorge de maintien est prescrit pour 3 semaines à 1 mois. la reprise de l’activité sportive peut se faire après 4 à 6 semaines. Le résultat esthétique immédiat est  majoré au niveau mammaire, et minoré sur les zones de prélèvement, du fait de l’oedème; il sera apprécié définitivement après 6 mois à 1 an, délai après lequel il se stabilise. La prescription d’un bilan radiographique et échographique  de contrôle après un an est utile pour le suivi ultérieur.

Renseignements pratiques

Préparation: Douche antiseptique la veille
Temps d’hospitalisation: 24 heures
Durée de la chirurgie: 1 heure 30 à 2 heures 30
Anesthésie: Générale
Douleurs:

Modérée 1 à 2/7 (zones de prélèvement) calmée par antalgiques modérés en courte durée

Soins:

Pas de drain, pansement postopératoire modelant, légèrement compressif, position coude au corps 15 jours

Complications: Hématome, infection, insuffisance, irrégularité, kystes graisseux, cytostéatonécrose grave et pneumothorax (exceptionnel)
Contre-indications: Tabac, hypertension, diabète mal équilibré, traitement faisant saigner
Suivi: Visite à 8-10 jours; contrôle à 2 mois, 6 mois et 1 an; échographie et/ou mammographie de contrôle à un an
Eviction sociale: 3 à 7 jours – Sport après 1 mois

Résultats