Liposuccion ou lipoaspiration

La liposuccion est une des interventions de chirurgie esthétique les plus pratiquées au monde. Elle permet d’éliminer les surcharges graisseuses localisées  sur le corps, pour affiner la silhouette, en réalisant des cicatrices minimes.

Cette intervention est réalisée à l’aide de petites canules qui permettent l’aspiration de la graisse,  et de créer des petits tunnels propices à la réduction du volume et au redrapage de la peau par contraction. Les zones les plus souvent concernées sont : cuisses, abdomen, hanches et culotte de cheval, genoux, chevilles, menton, bras, ….

Elle ne se substitue pas à un régime; elle n’est pas non plus le traitement exclusif de l’obésité qui, dans les cas majeurs, doit être pris en charge par des équipes multidiciplinaires. La liposuccion n’a que peu d’action sur la cellulite superficielle.

La liposuccion est d’autant plus efficace lorsque poids est stabilisé, et chez une personne présentant une peau élastique. Cependant, dans certains cas, l’impact psychologique créé par l’intervention peut permettre de poursuivre, voire de déclencher, une réduction de poids.

Cela souligne l’importance de la consultation préopératoire,  notamment l’examen clinique cutané (présence de vergetures, élasticité,…), l’étude de l’IMC, l’interrogatoire sur l’historique pondéral et sur les motivations du patient. Il permet de décider ensemble  du moment opportun de l’intervention, et d’optimiser les chances d’obtenir un résultat conforme aux attentes, et pérenne.

Sur le plan technique, l’intervention est   habituellement menée sous anesthésie générale ou sous sédation anesthésique; mais  parfois sous anesthésie locale lorsqu’il s’agit de petites zones localisées.

Après infiltration d’un soluté pour réduire le saignement, le chirurgien réalise plusieurs incisions cutanées de  2 à 4 millimètres, dans une zone discrète ou  un plis naturel. Par des mouvements d’aller et retour, et croisés,  la graisse est aspirée à l’aide de canules. La quantité de graisse retirée est fonction de la disgrâce à traiter, du poids de la patiente (elle ne doit pas dépasser 10% du poids corporel initial), et de la capacité de rétraction de la peau pendant l’intervention. Un massage appuyé est réalisé pendant l’intervention pour harmoniser la couche graisseuse. Les incisions sont fermées à l’aide d’un ou deux points de sutures fins  et recouvertes d’un petit  pansement. Dans les suites opératoires,  levé est précoce dès le lendemain et  port un panty de contention pendant 3 semaines qui permet de limiter œdèmes, ecchymoses et hématomes, de faciliter la rétraction cutanée, d’améliorer le confort, et de réduire ainsi les risques. Les suites de la liposuccion sont fonction de la durée de l’intervention et de la quantité de graisse extraite, avec notamment une fatigue. Les douleurs, modérées, sont surtout présentes la 1ère semaine.

Le résultat s’apprécie d’autant plus rapidement que la dystrophie était  localisée. Il apparaît, après une phase d’œdème,  au bout de 3 semaines environ, pour être pratiquement stable à 2-3 mois, et presque définitif vers  1 an. Des conseils  d’hygiène de vie (activité physique), et d’alimentation équilibrée (surveillance de la courbe de poids) sont prodigués, et des massages cutanés peuvent être prescrits pour parfaire le résultat.

Au total, la lipoaspiration est devenu une intervention courante donnant, en grande majorité,  des résultats appréciables avec un taux de satisfaction élevé. Le petite rançon cicatricielle ne doit pas faire oublier que imperfections de résultats, ou des complications,  sont toujours possibles. Cette intervention doit donc être réalisée  après un examen clinique général rigoureux,  et particulièrement de la qualité cutanée.

Renseignements pratiques

Préparation: Douche antiseptique la veille.
Temps d’hospitalisation: ambulatoire (6H -12 H) ou hospitalisation 24- 48h, selon l’importance.
Durée de la chirurgie: 1 demi-heure à 3 heures.
Anesthésie: Locale ou sédation vigile ou générale.
Douleurs:

Modérées : 1 à 3/7, calmée par les antalgiques légers et anti-inflammatoires de courte durée.

Soins:

Parfois drain pour 24 H, douche le lendemain, pansements à 8 jours, gaine 3 semaines à 1 mois, massages éventuels.

Complications: Peu fréquentes : hématome, épanchement lymphatique, infection, retard de cicatrisation, nécrose, trouble de la sensibilité, troubles métaboliques, insuffisance (asymétrie, bourrelet) ou excès d’aspiration (asymétrie, creux), défaut de rétraction cutané (irrégularité, vagues, ptose)/ rare et grave : accident thrombo-embolique.
Contre-indications: Tabac, hypertension, diabète mal équilibré, traitement faisant saigner, peau de mauvaise qualité. Suivi : A 8-10 jours; contrôle à 2 mois, 6 mois, 1 an.
Suivi: 8 à 20 jours en l’absence de complications, sport et exposition solaire après 1 mois.

Résultats

Hanches-cuisses-abdomen-lombes-genou

Cuisses – Fesses – Genoux

Hanches – Cuisses  – Genoux