Les lasers

Les lasers sont utilisés depuis longtemps en dermatologie. Limités tout d’abord aux lasers à argon pour les indications vasculaires et au laser CO2 continu pour les indications chirurgicales, ils se sont développés de façon très importante depuis une dizaine d’années, avec multiplication des sources lasers et apparition de nouvelles indications. Les lasers sont des sources de lumière très particulières du fait de leur directivité, de leur monochromaticité (une seule longueur d’onde) et de leur possibilité d’émettre des puissances importantes pendant des durées d’émission très courtes. Les lasers CO2 peuvent fonctionner en mode continu ou bien en mode impulsionnel , pulsés ou ultra-pulsés . L’impulsion peut être relaxée (émission de quelques millisecondes ou microsecondes) ou déclenchée (Q-switched, quelques nanosecondes). Les lasers provoquent sur les tissus biologiques des effets thermiques et mécaniques, fonctions de la puissance et du temps d’application

  • L’effet thermique résulte de la conversion de lumière en chaleur. Le laser produit soit une hyperthermie (rarement utilisée avec les lasers), soit une coagulation ou une brûlure (par exemple dans le traitement des angiomes ).
  • L’effet mécanique provient de la volatilisation superficielle des tissus cibles. Pour une même durée d’application la profondeur de vaporisation augmente avec la puissance

Les lasers d’abrasion utilisent généralement ces deux propriétés, mécanique surtout (ablatif) et thermique, qui sont modulées en faisant varier puissance et durée. Ils permettent d’obtenir une destruction complète de surface, épidermique jusqu’au derme superficiel ou « dermabrasion ». La cicatrisation de cette couche superficielle se fait grâce à un phénomène de reépithélialisation donnant un effet de lissage et s’associant à un effet variable de retente cutanée.

Le laser Fraxel est un laser Erbium à effet ablatif fractionné. Il ne traite qu’une partie de la surface (10 à 20 %) en créant grace à sa longueur d’onde et un paramètrage particulier, des micropuits allant plus profond dans le derme et séparés par de la peau indemne. Il en résulte une cicatrisation plus rapide de la surface des micropuits à partir de la peau saine, et une contraction des zones d’ablation profonde, ce qui retend la peau. En épargnant à chaque séance 80% de la surface de la peau dans la zone traitée, il est moins agressif et peut être utilisé sur des zones fragiles de la peau, comme le cou, la poitrine et les mains, sur pratiquement tous les types de peau. Selon les cas, et pour être efficace, le traitement est réalisé en une ou plusieurs  séances ( 2 à 5), alors espacées de 2 à 4 semaines. Le résultat est à la fois immédiat et progressif; l’amélioration esthétique optimale est généralement visible entre 3 et 6 mois après la dernière séance.

shema_laser_demabrasion_dr_jacques_lalo

Renseignements pratiques

Préparation: Antiseptiques locaux ; prévention de l’herpès.
Durée de la chirurgie: 10 à 30 minutes.
Anesthésie: Topique local 1 H à 2 H avant (Fraxel), cryo-anesthésie (application d’un flux d’air réfrigéré), anesthésie locorégionale, anesthésie générale (CO2).
Douleurs:

1/7 (Fraxel) à 3/7 (CO2), calmée par antalgiques et anti-inflammatoires de courte durée.

Soins:

Spray adoucissant, vaseline, éviction solaire.

Complications: Oedème, rougeurs prolongées (laser CO2), infections microbiennes ou virales, trouble de cicatrisation ou de la pigmentation.
Contre-indications: Herpes
Suivi: Contrôle à 1 et 2 semaines, 2 mois après la fin des séances, 6 mois et 1 an.
Eviction sociale: 0 à 10 jours jours (Fraxel) ; 10 j à 2 mois (CO2).