Ptose mammaire (poitrine tombante)

La ptose  mammaire correspond anatomiquement à un affaissement des seins qui descend alors plus bas que le sillon sous mammaire.

Ce phénomène de ptose est lié au poids du sein, ou survient dans les suites d’allaitement entraînant une fonte glandulaire, ou lors de variations de volume ou de poids altérant la qualité et la résistance de la peau (vergetures).

La ptose mammaire est associée selon les cas à un sein de volume normal (ptose isolée), ou bien  à une hypotrophie mammaire (petit bonnet de soutien-gorge), ou au contraire à une hypertrophie (grand bonnet).

En dehors d’une hypertrophie associée (cf.), la ptose a essentiellement un retentissement psychologique et esthétique.

La gêne doit être suffisante pour justifier d’accepter les cicatrices qui résultent de l’intervention, et dont l’importance sera liée au degré de la ptose  et à la qualité de la peau de la patiente. Ces cicatrices sont réalisées autour de l’aréole seule, ou bien associées à une cicatrice verticale et parfois une horizontale.

En cas d’hypotrophie il peut être nécessaire de procéder à une augmentation de volume du sein dans le même temps, ou secondairement, par prothèses ou lipofilling; une augmentation peut suffire dans certains cas à corriger la ptose (prothèses).

En cas d’hypertrophie mammaire associée, une réduction du volume des seins permet d’adapter le poids du sein à la résistance de la peau, et d’éviter ainsi la récidive ou l’élargissement des cicatrices dans les suites opératoires.

Un bilan sénologique comprenant une mammographie et une échographie est systématiquement demandé avant l’opération. Il permet de vérifier la normalité des seins avant l’opération et de servir d’examen de référence pour la surveillance ultérieure.

Les suites sont peu douloureuses. Le résultat s’apprécie après 6 mois pour le galbe et après un an pour les cicatrices (délai nécessaire pour que les cicatrices arrivent à maturité et s’atténuent). Il est nécessaire de porter un soutien gorge sans armature (type sport) jour et nuit pendant environ 1 mois. Le sport peut être repris progressivement après 1 mois. Si une grossesse est désirée, il est préférable d’attendre 1 an après l’intervention. L’allaitement est possible mais déconseillé (risque d’altération du résultat). La sensibilité de l’aréole et du mamelon peut diminuer ou disparaître pour revenir dans les 12 mois. Cette altération postopératoire de la sensibilité peut être due à l’extrême importance de l’hypertrophie et de la ptôse nécessitant de beaucoup remonter la position du mamelon.

ptose_mammaire_shema_1ptose_mammaire_shema_3ptose_mammaire_shema_2

Renseignements pratiques

Préparation: Douche antiseptique la veille.
Temps d’hospitalisation: 24 heures.
Durée de la chirurgie: 1 heure 30 à 2 heures.
Anesthésie: Générale.
Douleurs:

Modérées 1 à 2 /7calmée par antalgiques modérés en courte durée.

Soins:

Drain 24 h, pansement postopératoire modelant, puis soutien-gorge de contention 1 mois, position coude au corps min 15 jours puis levée progressive des bras.

Complications: Hématome, infection, retard de cicatrisation, nécrose, altération de la sensibilité, difficulté d’allaitement.
Contre-indications: Tabac, hypertension, diabète mal équilibré, traitement faisant saigner.
Suivi: Visite à 8-10 jours, le plus souvent pas de fil à retirer – contrôles à 2 mois, 6 mois et 1 an.
Eviction sociale: 3 à 10 jours - reprise progressive du sport après 1 mois.